Chéri Samba rend hommage «aux anciens créateurs» et à Han Coray

|

      10 mai 2020 | 7 juin 2020  traduction: dvg                 version allemand: LIEN

 

Dans sa revue d’exposition de «Fiction Congo» au Rietberg, Maria Becker (NZZ, 29 janvier 2018) spécifiquement attire l’attention sur le numéro 1 dans le catalogue. Dans un texte manuscrit sur le carton, le peintre «folklorique» kinois Chéri Samba décrit sa rencontre avec des sculptures traditionnelles africaines dans les salles du Musée Ethnologique de l’Université de Zurich.

Catalogue «Fiction Congo» au Musée Rietberg Fig.1 Cheri Samba autoportrait au VKMUZ Zurich 1999

 

HOMMAGE AUX ANCIENS CRÉATEURS

En visitant par demande officielle la salle d’exposition de Völkerkundemuseum der Universität Zurick se trouvant dans le sous-sol d’un jardin plein de bamboux, l’étais frappé par le grand nombre d’objets antiques (masques, textiles, statues …) tous de très skin niveau que renferme cette salle. Je sentais comme si quelques-uns de ces objets m’appartenaient des frictions au corps. J’étais alors persuadé que ces objets avaient toujours leurs pouvoirs surnaturels et c’étaient de vrais // puisqu’à cette époque le marché n’était pas pas de concurrence et il ne fallait donc pas y avoir de fausse pièce. J’étais tout de même étonné d’apprendre que M. Coray qui avait monté cette impressionnante collection n’avait pas connu l’Afrique d’où prouvé les œuvres de sa collection pour rencontrer les créateurs à qui je rend hommage. Y a t-il d’autres collectionneurs similaires à monsieur Coray? CHERI SAMBA 1999

On y voit cinq figures «classiques» – Kuba et Luba «royales» reconnaissables – et un masque royal de Kuba serti de perles colorées. Elles sont sur une petite table minable. Derrière, Cheri Samba est assis au centre, les bras croisés, avec une coupe courte (pas les boucles afro qu’il connaît), avec moustache et de grands verres,  une chemise blanche et un élégant blazer rouge, avec deux chevalières. Tout va bien avec un visiteur officiel.

La lumière artificielle a l’air froide. Le fond bleu indique le passage vers une autre salle d’exposition au sous-sol. Des décorations en losange et des colonnes de lettres soignées encadrent le passage. Les objets sont extraits de leurs vitrines et mis en place au hasard. Les petites sculptures font face au spectateur. Chéri Samba pose pour une photo souvenir. Les exigences étaient: l’angle de vision légèrement plus élevé, une structure d’image symétrique et aucune ligne déformée. À cause de ses lunettes réfléchissantes, il ne peut être précisé s’il regarde le spectateur .

La rencontre très émotionnelle avec les objets est déjà terminée. Peut-être que Samba a déjà posé ses questions sur le collectionneur Coray. L’image conventionnelle donne au texte une scène, rien de plus. Une autre commande européenne pour Chéri Samba? Il faut attendre!

 

J’ai lu dans le livre de poche carré noir «Chéri Samba» (éd. W. Bender, Trickster Munich 1991) et maintenant je regarde derrière les lunettes réfléchissantes.

Citoyen Samba wa Nbimba N’zinga appelé Chéri Samba (Ex-David)” – Ceci est le titre de son CV sympathiquement peu développé (p.9-13)

Né à Madimba / Bas Congo en 1956, le fils d’un forgeron et d’une fermière doit quitter l’école en neuvième année pour des raisons financières et débute en 1972 à Kinshasa comme assistant d’un simple peintre d’enseignes. Avec ses commentaires critiques et drastiques sur la vie quotidienne des citadins (Kinois), le peintre Samba devient populaire à l’âge de vingt ans et est recherché internationalement à l’âge de vingt-quatre ans. « Il a progressivement sélectionné ses sujets dans la vie quotidienne et dans les mythes. Vous pouvez souvent le voir lui-même sur ses peintures, car ses nombreux admirateurs doivent le connaître. Attention, ce peintre utilise essentiellement la technique de la bande dessinée. Il a un penchant pour les scènes d’amour. Ses cartons sont pleins d’érotisme, parfois ils frisent la pornographie. » (p.10)

p.52: Les enfants indécents n ° 2 1983

Chéri Samba, Autoportrait 1981, Trickster V., Wolfgang Bender 1991 p.43

 

 

 

 

 

 

 

 

Malheureusement, ses œuvres finissent par devenir invisibles à Kinshasa, souvent elles sont vendues à l’étranger par le chevalet, mais ses clients kinois ne peuvent plus s’offrir ces décorations de la chambre à cause de l’appauvrissement général. En retour, la pression sur l’artiste pour qu’il en livre davantage pour le marché international augmente. Mais ses comix effrontés appartiennent à cette mégapole chaotique et non à l’ambiance bourgoise en Europe, où ils meurent sous forme d’érotisme exotique. Il me rend triste de lire sous chaque peinture  le nom d’un collectionneur européen différent . Ses œuvres ne sont-elles pas déracinées et éparpillées dans tous les vents comme l’art admiré des ancêtres?

Bien sûr, Chéri Samba n’a pas perdu sa sobre vision du monde. Il peut se dire: L’artiste est chez lui partout, que ce soit à Paris ou à Kinshasa … mais il dit aussi: Au cours de mes voyages, j’ai constaté que tous les pays ont plusieurs choses en commun. Que ce soit dans les pays industrialisés ou dans le tiers monde, il y a de la misère partout, beaucoup de gens n’ont pas assez à manger. (, p.13)

 

Là où nous connaissons mieux l’auteur, nous regardons à nouveau les textes de l’image et questionnons les déclarations en détail.

1

(…..) d’objets antiques (masques, textiles, statues (…) tous de très haut niveau que renferme cette salle. (…..)  J’étais alors persuadé que ces objets (…..) c’étaient de vrais // puisqu’à cette époque le marché n’était pas concurrent et il ne fallait donc pas y avoir de fausse pièce.

Chéri Samba semble adopter des jugements et préjugés esthétiques sur la scène des galeries parisiennes, voire leur rhétorique commerciale. On identifie les origines précoloniales ou le contexte courtois à l’authenticité et diabolise ‘le marché’ du 20e siècle, sauf bien sûr sapropre entreprise. Nous verrons que ‘la Collection Corday’ a été acquise dans ce milieu.

Le catalogue Rietberg consacre un chapitre séparé à la rencontre de Hans Himmelheber avec les ateliers extrêmement productifs des «Kuba». En résistance à la colonisation belge, l’Empire de Kuba a utilisé un «mythe Kuba» . Et celui a inspiré les créateurs du modernisme classique à travers des «figures en bois» et des «artefacts en bois» tels que «des danses à couper le souffle et des représentations de masques», de Klimt à Klee et Matisse. («Congo Fiction» p. 116)

Le cheminement des objets vers Han Corday ne semble pas intéresser Chéri Samba en ce moment. Les bords à côté de la couleur sont étroits. Seul le message le plus important! Chéri Samba a l’habitude d’être brèf.


2 

(….)  Je sentais comme si quelques uns de ces objets me faisaient des frictions au corps. J’étais alors persuadé que ces objets avaient toujours leurs pouvoirs surnaturels et c’étaient de vrais (…..)

Je me demande: Pourquoi ne place-t-il pas devant lui sur la table l’art des Bakongo, des Yombe, des Vili, des Woyo du Bas-Congo où il est né, au lieu des représentations conventionnelles? Leurs objets, tels que les fétiches «Nkisi» (LINK), étaient-ils trop forts pour sa peinture?

Est-ce qu’il faisait référence aux  «frictions»  à des objects que nous ne voyons pas? Selon Raoul Lehuard («Art Bakongo»), le contact direct et le frottement étaient typiques de l’utilisation thérapeutique d’objets magiques, en particulier dans cette région. Chéri Samba aurait pu en faire l’expérience dans son enfance.

La croyance répandue a-t-elle joué un rôle que les Africains ont perdu contact avec leurs puissances invisibles au cours du 20e siècle catastrophique? Tout comme les traditions en général? ( Voir «The Whites hold our Spirits!– Submission, Sorcery and Alienation» – LIEN)

Est-ce que l’arrangement sur la table est arrivé accidentellement parce que Chéri Samba ne se souciait pas des détails? Une HOMMAGE AUX ANCIENS CRÉATIFS signifie une appréciation plus générale.

3     

J’étais tout de même étonné d’apprendre que M. Coray qui avait monté cette impressionnante collection n’avait pas connu l’Afrique d’où prouvé les œuvres de sa collection pour rencontrer les créateurs à qui je rend hommage. Y a t-il d’autres collectionneurs similaires à monsieur Coray?

Que sait-il vraiment à ce moment-là? Après tout, il a vingt ans d’expérience sur le marché international de l’art. Que lui a-t-on dit au musée sur Han Coray et ses activités de collection ? (LIEN en.wikipedia, LIEN de.wikipedia)

Par exemple, que Han Coray (1880-1974) était un esprit agité et inflammable, un éducateur réformateur, un amateur d’art, un patron, un designer, un galeriste et un collectionneur d’art obsédé? Qu’il a investi environ 1 million de francs suisses à Paris dans quelques milliers de sculptures africaines de 1926 à 1928? En 1925/26, il avait vendu un Raphael et un Botticelli pour cela. Son projet: “Un mémorial de la vieille culture africaine n’existerait jamais si je ne le construisais pas.” Il ne devrait pas réussir. La banque prend le relais en 1933.

 

“La collection africaine de Han Coray dans les musées suisses – un aperçu”

Andreas Schlothauer discute de l’état actuel de l’information lors d’une conférence à Saint-Gall (Suisse) et dans la publication semestrielle «Kunst & kontext» 1/2016
(“kk11_coray_sammlung”, LIEN pour télécharger le pdf)

Par la suite, l’histoire des objets a toujours été celle du commerce de l’art, de la banque qui les a utilisés, et une histoire de l’acquisition de plusieurs musées suisses. Chacun d’eux a acheté des portions et en a renvoyé quelques uns au commerce de l’art. «La Collection Coray» est une étiquette pratique. Il est controversé que M. Coray ait jamais fait lui-même des répertoires. Han Coray était un point de transit dans l’errance des objets africains traditionnels jetés ensemble, ou ceux de style traditionnel, car « La Collection » consistait en des niveaux de qualité clairement différents, jusqu’à «5 sfr», comme l’indique le rapport de Charles Ratton (LINK).

La collection, en grande partie compilée par le marchand d’art parisien Guillaume, correspondait au «goût franco-belge, qui mettait particulièrement l’accent sur une finition manuelle très raffinée, souvent compliquée, des surfaces polies ou patinées en douceur et un réalisme réservé et stylisé». (William Rubin dans «Primitivism» 1985, 25, introduction).

 

Admiration – Courtoisie – Surprise – Critique?

Si Chéri Samba fait l’éloge de la grande collection de ce musée, c’est certainement un signe de sa courtoisie. Son étonnement face aux acquisitions de Coray sans contact avec l’Afrique et aux «anciens créateurs» peut également être lu comme une critique discrète, en particulier dans l’ambiance cryptique du temple de l’art, qui enferme leurs œuvres comme une Blanche-Neige dans son cercueil en verre, magnifiques, mais dans le coma. La scène pourrait montrer Cheri Samba dans la salle de visite d’un centre de détention spécial.

La rédactrice Maria Becker  transfère la scène de l’image à l’exposition d’art – et pas seulement à celle-ci:

«Le peintre est assis à une table, devant lui se trouvent des figures et des objets cultes historiques: exactement le genre que nous avons ici devant nous /dans l’exposition/. Ces objects sont bien conservés et ils ont encore l’aura de leur force. Mais ils sont dans l’espace vide. La table représente leur présentation au musée, leur absence de localisation. Elles étaient une fois des figures de pouvoir aux radiations cultuelles. Sans contexte, ils sont en fait privés de leurs âmes – et donc quelque peu comparables aux personnes à l’ombre volée. » ( traduit de la NZZ 29.1.2020)

En Afrique, l’endroit où les choses seraient stockées pourrait être un bosquet, une zone naturelle délimitée qui était protégée par des interdictions et des sanctions, qui sous cette forme fait partie de la communauté et est utilisée à des fins d’initiation ou de consultation. Ou le village se joue au festival, ou la maison ou même le corps s’enrichit d’un outil, d’une figure protectrice ou des ornements. Mais il faut ajouter: ça aurait été, ça n’existe plus.

Les résultats de la recherche de provenance commencent à irriter et à perturber le public payant et amateur d’art en Europe occidentale. Chéri Samba voulait-il mettre ses hôtes sur cette piste il y a vingt ans? Ou a-t-il «simplement» exprimé un sentiment?

Il amène le sujet à son niveau émotionnel individuel. La composition sur la table devant lui ne révèle aucun lien intérieur. Il présente, pour ainsi dire, deux «Porsche» et deux «BMW»  et quelques autres symboles de statut, des prestigieux et rentables «Kuba» et «Luba». Il est un Congolais moderne, tourné vers la jouissance de la vie et en réseau international. On ne peut pas avoir TOUT dans la vie.

J’imagine une exposition de son travail à Kinshasa ou Lumumbashi, que Filip de Boeck organiserait sous la devise Dancing the Apocalypse (2001, LIEN  allemand), pour un public qui  a pour tâche  de “réinventer l’ordre” et donc de “se réinventer” tous les jours depuis de décennies. (“Réinventing Order in the Congo – How people respond to State Failure in Kinshasa“, Th.Trefon * 2004; LIEN), un public qui peut comparer. Les lecteurs européens se souviendront peut-être aussi du film «Kinshasa Symphony» (2010; LINK).

IMAGE DIFFÉRÉE

Question d’énigme: Reconnaissez-vous des similitudes?

Coray-Slg. in HVM St.Gallen 2015                                                             

Jos van Beurden Return of Cultural and Historical Treasures… NL issuu janv. 2015 (LIEN)

 

 

 

Schreiben Sie einen Kommentar

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.