Les Douala ont façonné l’histoire du Cameroun – version française

|

21 avril – juin 2020  version allemande LIEN|  traduction de l’auteur 2 juin 2020

La raison de cette présentation de l’histoire est l’achat d’une maquette de bateau du Douala en novembre/décembre 2019 (LIEN 2, LIEN 3)          PRINTS: 92% = 15 PAGES

Avant-propos

La compilation des textes est expérimentale. J’ai lu divers études et j’ai repris leurs perspectives. Plus je lis, plus il y a clairement des lacunes et des écarts entre les représentations. Des traductions étaient inévitables, parfois des traductions inversées aussi. Des images historiques ont beaucoup aidé mon imagination.  Vous pouvez les agrandir en cliquant dessus. Vous trouverez une bibliographie annotée à la fin de cette première contribution.

“Karte_von_Camerun, um 1888” – A cette époque, bien sûr, seulement le sud-ouest

 TABLE DE MATIÈRE

  • Une mangrove tropicale devient centre commercial attractif
  • Esclavage et traite des esclaves dans le sud-ouest du Cameroun
  • «Christianisation» des Douala (subdivisée en époques dans le texte!)
  • La structure des villages (‚towns’) des Douala’ au 19e siècle
  • Les Douala dans la colonie allemande ‚Kamerun’
  • La suite: 1920-2020
  • Littérature

 

Premier facteur historique: le delta des mangroves de Douala

Le centre commercial traditionnel de Douala dans la baie du Cameroun est idéalement situé pour le transport, mais dans la “grotte du bras humide d’Afrique”, à quatre degrés au-dessus de l’équateur et à une vingtaine de kilomètres de l’Atlantique au milieu d’un delta de mangrove, entouré de jungle impénétrable. La vue atteint à peine la rive opposée du Wouri, car la zone se trouve presque en continu dans une brume grise, épaisse et chaude. L’humidité est énorme, un paradis pour les moustiques fébriles.

C’est là que la migration de Duala en provenance de la région du Congo s’est arrêtée il y a environ quatre cents ans. Ils ont déplacé les Bassa à l’intérieur des terres et se sont répandus le long du fleuve. Dès lors, ils vivaient de «l’eau». Les villages centraux se sont développés jusqu’au XVIIIe siècle en une communauté prospère. Les Douala côtièrs achetaient des marchandises et des esclaves aux groupes de l’intérieur tels que Bakweri, Mungo, Bassa et Bakoko et les vendaient aux Européens. En retour, les Européens ont fourni de l’alcool, de la poudre à canon, des armes, des miroirs, des chaussures, des textiles et des outils. (wikipedia.en). Les voisins réduits en esclavage travaillaient les terres arables. Les Douala opéraient sur le fleuve avec l’aide de pirogues. ils devaient rendre favorables la rivière et les «mengu» (sing. «jengu»), les esprits de la mer. «Ils gouvernent le monde de l’eau, étaient maîtres des poissons, des lamantins et des crabes, y compris des palmiers raphia poussant dans le courant. Ils se trouvent dans des courants dangereux, sur des rochers cachés, dans des cascades, dans des buissons épais et sur des hauts-fonds. » (René Bureau p.56)

À cela s’ajoutait la pêche pendant plusieurs jours en haute mer. (Note de Harter 1960, d’après Heuermann “Der schizophrene Schiffsschnabel” 3.3.3)

 

Roland Daus décrit le contexte économique:

Carte Duala (Austen p.128)

Dû au commerce entre les embouchures du Niger et du Congo, les navires européens naviguaient en permanence le long de cette côte. Beaucoup s’y sont amarrés spontanément et pour un court instant afin de stocker de la nourriture, du bois ou d’autres nécessités. Les peuples qui vivaient près de la mer se concentraient de plus en plus sur des sites de débarquement relativement facilement accessibles. Les agriculteurs, les pêcheurs et les chasseurs sont devenus des fournisseurs de vivres. D’un commerce aléatoire est devenu la règle au 18ème siècle.

Et le “commerce bloqué” est instauré. Favorisés par la jungle «impraticable» et vastes étendue «inhabitée», les peuples côtiers ne permettent à personne de pénétrer de la côte vers l’intérieur. Ils deviennent des intermédiaires (’middle-men’). Par exemple, si des balles de caoutchouc brut doivent traverser les territoires de plusieurs peuples, un “système de crédit” spécial est convenu étape par étape avec les dirigeants respectifs, qui sont récompensé par une part des bénéfices à la fin. Étant donné que chaque partie a toujours des dettes avec l’autre, ces contacts sont très stables. Sous la supervision des Douala. non seulement des éléments essentiels à la survie comme l’huile de palme et la cire sont échangés, mais aussi des esclaves et de l’ivoire pour les Européens. («Banlieue» 166-167)

Au XVIIIe siècle – entre 1750 et 1807 – la traite transatlantique des esclaves se multiplie. Sa demande dépasse temporairement celle de l’ivoire. Après tout, 42 000 individus ont été exportés. (Ralph A. Austen p.152)

«L’esclavage» et la «traite des esclaves» dans le sud-ouest du Cameroun

Dans le 41e volume (1995) de „Paideuma“ dix études sont consacrées aux conditions et objectifs de l’acquisition d’esclaves, au statut de l’esclaves et aux règles de leur traitement. (95) La situation était essentiellement la même dans les royaumes des «Grassfields» (Kom, Bamum et autres) et des Douala sur l’Atlantique,

Les «esclaves» étaient des personnes «librement disponibles» et commercialisables. Acquis principalement par l’achat ou la capture de guerre, ils ne pouvaient pas compter sur le soutien de leur société d’origine. Des criminels et des parias étaient également vendus au monde extérieur. Les Bamum mentionnent également les «épouses rebelles» et les débiteurs insolvables. Des esclaves indisciplinés étaient tués avec la permission du roi ou vendus à l’étranger.

La coutume en vigueur accordait une protection limitée aux esclaves. L’effusion de sang dans le village était désapprouvée, deux jours de congé par semaine de travail étaient la norme, et en présence de la personne concernée aucune mention n’était faite de son statut d’esclave. Les femmes étaient traitées plus doucement que les hommes. Ils travaillaient pour la famille du propriétaire dans les champs, donnaient lui et à sa lignée naissance d’enfants, elles étaient disponibles comme épouses pour sa politique familiale ou comme cadeaux à la cour royale ou comme cadeau à des sociétés cultuelles exclusives.

Ceux qui étaient autorisés à s’intégrer dans la communauté étaient considérés comme faisant partie des couches sociales inférieures, étaient autorisés à se marier – les enfants étaient déjà en mesure de faire des affaires eux-mêmes comme «libres». Des progrès sociaux ont eu lieu pour les individus – certains «esclaves» employaient eux-mêmes des esclaves. Mais la plupart d’entre eux étaient des employés de maison, des artisans, des agriculteurs, des commerçants, des fantassins. Ils étaient exclus des rituels et des institutions politiques; ils restaient toujours mineurs dans les familles qu’ils avaient acquises comme esclaves. Parfois, ils serviraient de cadeau précieux dans les relations diplomatiques ou ont été invités à se suicider «par désespoir» quand un dignitaire est décédé. (97)

Des hommes prisonniers de guerre adultes, plus difficiles à assimiler, et encore plus – à titre de mesure punitive – des fauteurs de troubles masculins ont été vendus sur des marchés loin de chez eux. Un tel homme pourrait se retrouver sur un navire marchand européen.

Avec la demande en plein essor d’esclaves dans la baie de Duala, la relation entre le commerce intérieur et le commerce d’exportation d’esclaves a changé. En même temps, le maintien du statut d’«esclave» semblait essentiel aux élites pour l’ordre social. De l’autre côté, les «esclaves» étaient soucieux de leur émancipation, et après 1845 ils étaient soutenus par des missionnaires baptistes.

À partir de 1885 le régime allemand au Cameroun – dépendant de l’alliance avec les élites traditionnelles – hésite à intervenir dans la propriété et le commerce intérieur d’ «esclaves». En 1902, Duala Manga Bell a convaincu l’administration de pardonner à deux marchands d’esclaves reconnus coupables, car aucun natif ne comprendrait vraiment que de telles transactions étaient illégales dans le pays lui-même. (143) À cette époque, le Bell clan venait de passer à la culture commerciale du cacao pour l’exportation et avait un besoin accru de planteurs qui avaient traditionnellement le statut d’esclave (143/144). Ce n’est qu’à partir de 1902 que l’administration coloniale allemande a rendu plus difficile le maintien de la discrimination. À partir des années 1920 sous les Français, le cacao était progressivement cultivé dans les petites exploitations familiales de la région.

 

Développements politiques au XIXe siècle (en.wikipedia.org)

 Le commerce change radicalement la société Duala. Les marchandises européennes deviennent des symboles de statut et certains dirigeants prennent des commerçants occidentaux et missionnaires comme conseillers. On parle l’anglais Pidgin. Une proportion élevée de Duala devient riche. Le nouveau commerce crée des tensions avec les démunis. La concurrence s’intensifie entre les groupes côtiers et même entre les colonies apparentées.

Ndumb’a Lobe de la ligne Bell se proclame Roi Bell au XIXe siècle. Des chefs de sous-lignées rivales lui concurrencent rapidement, dont le roi autoproclamé Akwa (Ngando Mpondo) 1814, le Roi Deido (Jim Ekwalla) de Deido (une faction Akwa) et le Prince Lock Priso (Kum’a Mbape) de Bonaberi.

Les rivalités se sont également déroulées “sportivement” sur le Wouri sous forme de régates d’aviron  de plus en plus fréquentes avec des “canoës de course spéciaux Bolo Pa Pen qui portaient le Tange” (Harter 1960, p 0.71 d’après Heuermann 3.3.3)

Au milieu du XIXe siècle, les Britanniques prennent la tête du commerce avec l’aristocratie commerciale. Au même temps, la Couronne britannique oblige les commerçants à mettre fin à l’esclavage dans le Golfe de Guinée, et après quelques décennies, au moins l’exportation peut être supprimée. Déjà le 10 juin 1840 et le 7 mai 1841, les Douala Kings Akwa et Bell signent des contrats contre l’esclavage. En échange, les Européens leur fournissent chaque année de l’alcool, des armes, des textiles et d’autres produits. En outre, les «rois» interdisent les pratiques que les Britanniques considèrent comme barbares, comme le sacrifice de femmes à un chef après sa mort. Les Britanniques veulent façonner le Douala selon leurs concepts de civilisation. Cela signifie l’éducation pour l’apprentissage occidental et la conversion au christianisme. Alfred Saker ouvre une mission à Douala en 1845.

Il faut ajouter la première école et un magasin de Saker, ainsi qu’une briqueterie, une scierie et un petit chantier naval (Daus 168). En 1875, de nombreuses missions et écoles existent à Douala et dans d’autres lieux. Les classes inférieures, qui se rebellent maintenant contre le patronage de l’élite Douala, s’intéressent à l’égalité prêchée de a mission. Cependant, tous les groupes sociaux espèrent des avantages matériels grâce à «l’éducation». L’élite des Douala profite le plus. Un niveau élevé d’alphabétisation permet à la classe supérieure de commerçants, de religieux et d’agriculteurs de se développer davantage. Ce groupe se familiarise avec le droit et les conventions européennes, ce qui leur a ensuite permet de défendre leurs intérêts par le biais de pétitions, de procédures judiciaires et de groupes d’intérêt. (Wikipédia “Duala”)

Avec la perte progressive du monopole sur le commerce, la plupart des Douala retournent à l’agriculture de subsistance ou à la pêche pour survivre. C’est encore le cas aujourd’hui encore aux abords immédiats de la métropole, par exemple sur l’île de Jebalé.

 

«Sociologie de la mission chrétienne parmi les Douala»

Aujourd’hui les Douala sont environ 90% membres d’Églises chrétiennes, mais cela ne caractérise que la surface de leur vie spirituelle, comme le montrent Eric de Rosny et René Bureau. Je tombe sur leurs livres après découvrir la maquette de bateau des signes d’adoration d’esprits de l’eau au dessous d’un christianisme démonstratif. René Bureau, africaniste et sociologue des religions, connaisseur et ami des Douala depuis 1957, a publié son livre en 1996. Il documente un changement des humeurs dominantes pendant que la mentalité du peuple n’a guère changé.

C’est le Blanc qui a apporté la Réligion!“(20) – Cette phrase montre sa complexité au cours des deux siècles suivants. (C’est pourquoi je repartis mes notes de lecture.)

Avant que les missionnaires européens prêchent le message chrétien, les Douala ont formé leur jugement sur les blancs dans la traite des esclaves pendant plusieurs siècles. C’étaient souvent des alliés blancs sans scrupules pour soumettre les tribus voisins. En même temps, c’étaient des étrangers dominateurs qui manifestaient également leur mépris pour le mode de vie africain vis-à-vis des chefs. (21)

En 1843 et 1845, des missionnaires baptistes, des anti-blancs, arrivent. Les notables Douala les accusent initialement de «sâper le marché» en tant qu’alliés des faibles. Ils ouvrent des écoles pour tout le monde, se battent contre les sociétés de culte exclusives des aristocrates et prêchent l’égalité des gens devant Dieu. Mais enfin «les chefs eux-mêmes acceptèrent d’écouter Saker et composèrent avec lui. » «La religion chrétienne devint à la mode». (22)

 

Roland Daus décrit les Douala «Towns» au bord du Wouri et les lignes de conflit entre les familles:

Duala “towns” am Wuri
(douala – les ateliers 2016)

Une chaîne de huttes longe une plage boueuse et une pente raide et glissante. (166) Cet étrange conglomérat Cameroun surprend déjà les premiers chroniqueurs. Un nombre ingérable de clans Douala s’est sécurisé chacun un morceau de littoral, la plage qui a des largeurs différentes selon les marées, un morceau de berge où on utilise et garde sa débarcadère, et derrière elle une étroite bande de terre sur le plateau, où il y a des champs du clan sur lesquels les esclaves travaillent. Chaque clan est séparé de ses voisins par une rangée de palmiers et un mur végétal impénétrable – parce que des querelles sanglantes sont incessantes dès qu’un riche dignitaire meurt et son héritage doit être distribué.

On coopère et on se bat. En principe, chaque clan peut se comporter comme il le souhait. Le facteur décisif est le chef respective, après lequel ces parties élémentaires des colonies sont également appellés. (169/70), par exemple Bell Town ou Aquastadt (Akwastadt dans «Die deutschen Kolonien» de Carl Hessler 1894).

Carl Hessler Die deutschen Kolonien 1894 p.78 Aquastadt

L’une de ces colonies était Deido, une division du clan Akwa. Le nom aurait été emprunté à une Corvette britannique HMS Dido, qui s’était échoué auparavant. Pendant des siècles, les navires ne mouillèrent qu’au milieu d’une rivière peu profonde. Les marchandises étaient apportées au rivage par des pirogues ou ramassées là-bas. Selon une étude urbanistique de Douala («Synthèse Douala», 2016, p.45) un jeune homme courageux de cette colonie avait libéré l’ancre du HMS Dido et le «town» Deido avait retrouvé le droit de négocier directement avec les Européens, droit retiré, quand il s’était séparé de l’Akwa.

H.M.S. Dido, (18 guns) casting from Spithead 1841…, PY0869

En 1841, la corvette HSM Dido de la Royal Navy pourrait s’être arrêtée dans la baie de Douala en route vers l’océan Indien. (de.wikipedia; mais l’article ne mentionne pas Douala. Dido a échoué encore deux fois plus tard, devant Tahiti et le Pérou.

«Hulks» improvisés et villas de luxe

Au 19e siècle, des navires marchands désaffectés étaient ancrés près du rivage. Ces «carcasses» servaient d ‘«usines flottantes». Leur grande cale était facilement accessible par des chemins de planches. Des négociations et des contrats ont été conclus ici, de manière quasi extraterritoriale.

Quelques bâtiments modernes pouvaient être admirés dans ces «towns». Un chirurgien britannique a remarqué en 1826 que l’un des dignitaires Douala possédait même une maison avec un deuxième étage contenant des meubles d’origine anglaise. Et un autre vit dans une grande maison en bois de style anglais, pas sans goût, qui était également pourvue d’un étage supérieur, dont les fenêtres ont même des carreaux de verre. » (Daus 169)

 

L’aristocratie Duala dans la colonie allemande du Cameroun de 1884 à 1914

 Le désir du Reich allemand de construire ses propres enclaves à l’étranger devait être orienté vers des régions relativement peu attrayantes – c’est-à-dire des régions du monde très pauvres ou très malsaines ou très rebelles ou très inaccessibles. Cela s’applique également à un delta de rivière tropicale malsain sur le golfe de Guinée, qui était contrôlé par une aristocratie commerciale habituée à traiter avec les Européens. Après Daus, la compagnie maritime hambourgeoise Woermann ne s’intéressait à cette base coloniale que pour augmenter son volume de fret et de passagers sur la côte ouest-africaine. L’arrière-pays était fermé et inconnu des étrangers. (Daus, 165/66)

 

Le début violent en 1884

Étant donné que la plupart des marchands britanniques dominaient parmi les étrangers, le «contrat de protection» conclu en 1884 avec le représentant de la compagnie Woermann n’était dû qu’à l’utilisation d’une consensus temporaire parmi les trois principaux chefs de clan. (Lien vers les textes contractuels: «Voeux des Camerounais») Le conflit entre «King» Lock Priso, opposant véhément aux liens contractuels avec le Reich allemand, et «King» Bell, l’ami des Allemands, a résulté en une lutte armée en décembre 1884. Pour les Allemands, le contrôle des terres semblait menacé, il n’était pas encore garanti par des contrats internationaux lors de la conférence de Berlin.

 

 

Erstürmung von Belltown durch Soldaten der SMS Olga, Dez.1884

Heuermann Abb.6, Plan Dez.1884

 

 

 

 

 

 

 

 

Un corps d’atterrissage de la «SMS Bismarck» et «SMS Olga» – deux corvettes du « Squadre Ouest- Africain de Croiseurs» nouvellement formé – ont pris d’assaut le plateau Joss, où les insurgés s’étaient retranchés. Avaient-ils conquis la colline du clan Bell? (On dirait qu’il a brûlé. Je n’ai pas encore pu emprunter l’étude.)

SMS Olga a alors tiré dix canons sur Hickorytown (Bonaberi) du King Lock Priso (K’uma Mbape) sur l’autre rive. Sa résidence a été incendiée et le Tange (bec du navire) représentatif a été amené au musée à Munich. Il est récupéré par le chef de clan depuis 2012.

L’illustration et la description du Tange se trouvent dans les 2e et 3e articles du blog. Une discussion approfondie basée sur la littérature pas encore traitée est prévue. D’abord la référence à une étude de Barbara Heuermann: “Le bec du navire schizophrène” 2015, pdf disponible sur Internet.

 

Djoko Jean Pierre Dubois (Yaoundé, mémoire de maîtrise, juillet 2018) écrit:

«À l’époque, il y avait plus de 25 morts et de nombreux blessés à Hickorytown. La majorité de la population avait fui dans la brousse et la ville a été brutalement détruite par les Allemands sous l’amiral Knorr

Je ne peux pas clarifier le rôle des clans Bell dans l’épisode. Ses pirogues de guerre auraient aussi été déployés le lendemain du bombardement. Lock Priso s’est échappé et plus tard participait comme les autres «rois» aux négociations avec les Allemands,.

 

Regard sur les autres peuples de la colonie «Kamerun»

 Pendant les trois décennies de domination coloniale allemande, vingt ans se sont passées avec l’exploration, la conquête militaire et le contrôle des peuples à l’intérieur des frontières qui étaient fixées avec la Grande-Bretagne et la France. Pour des raisons stratégiques, ils ont atteint le lac Tchad au nord et le Congo au sud-est. Ils comprenaient zones très différentes: la jungle tropicale et les montagnes, les royaumes des “prairies” et la région islamique au nord. L’administration rencontra la résistance des colonisés en leur imposant des taxes, travaux forcés dans l’infrastructure (routes et voies ferrées) et dans les plantations. En même temps elle voulait l’habituer à «l’ ordre prussien ». Le bilan sanguin qu’ils ont payé n’est pas oublié sur place, comme je l’ai lu dans un manuscrit ces jours-ci. La conquête et la sécurisation des territoires étaient brutales partout dans les colonies, notemment celles des Français, Anglais, Belges et Néerlandais.

 

Les aristocrates Douala comme partenaires indispensables

 En tout cas, l’élite Douala n’est pas très appropriée comme point de départ pour l’évaluation de la politique coloniale allemande au Cameroun, car ils ont pu tirer des avantages de leurs privilèges d’hommes d’affaires expérimentés. Cela ne signifie pas qu’ils renonceraient à la ’prime aux victimes’ que promet au moment une ambiance «post-coloniale» aux universités, couches politiques de Berlin et media.

Dans le «contrat de protection» de 1884, les deux représentants allemands Nachtigal et Buchner avaient promis à l’élite Douala que leurs privilèges ne changeraient pas. C’était irréaliste, mais les Douala avaient une part disproportionnée de postes administratifs par rapport aux autres peuples. (145) Et certains responsables de la petite administration coloniale recherchaient une relation amicale. Les chefs de l’administration se sont efforcés de transmettre leurs décisions aux chefs Douala lors de négociations patientes. Même dans l’aggravation dramatique du conflit foncier dans la «ville principale» de Douala à partir de 1907, comme le souligne Manuela Bauche dans sa thèse («Medizin und Herrschaft», Campus 2018).

King Bell 1874

Le chef du clan Bell a fait former son successeur en Allemagne, Rudolph Duala Manga Bell, et lui, à son tour, son successeur, qui y est resté après l’exécution de son père et pendant la Grande Guerre, et – quand la France et la Grande-Bretagne étaient prévisibles comme futures „fiduciaires ” par la Société des Nations – il a été membre d’une lobby pour garder la colonie avec l’Empire allemand.

Le physique des Duala était déjà impressionnant pour les porteurs de monocle allemands: «La tribu principale sur la côte est la Dualla; ils sont la race dominante et occupent une excellente position devant les autres à la fois physiquement et spirituellement. Leur nombre est de 26 000 à 30 000, ils ont un teint clair, sont gros et forts.… L’agriculture appartient aux femmes et aux esclaves… » (Heßler 1894, p. 76)

Partout, la tolérance envers des élites autochtones est grande si on a besoin de leur soutien! («Indirect Rule». (Voir: Harnischfeger 2006 sur les Britanniques et les Fulbe au Nigeria! LINK)

C www.peuplesawa.com   LINK   DOUALA-guide touristique

Duala Manga Bell dans un salon de sa résidence à Bell City. Est-il en train d’écrire une de ses pétitions au Reichstag allemand à Berlin contre les plans d’expropriation coloniale?

 

Eglise et société (selon René Bureau pp.23 – 35)

Après la conférence sur le Congo en 1885, les Pallotins catholiques allemands apparaissent en 1890 en tant que détenteurs de la force supérieure, avec des fonctionnaires, militaires et marchands allemands. Ils sont bientôt considérés comme leurs alliés proches avec les mêmes objectifs, tels que la lutte contre les institutions jugées «sauvages » (23f). Mais les Pallotins «apportaient une protection efficace contre les abus de l’administration et s’opposaient à l’hégémonie des Douala et luttaient contre l’esclavage, à l’encontre du négrier et du commercant» (24). Cela rend sa position ambiguée. (24)

Cela s’applique plus ou moins à la« Mission de Bâle »protestante de 1886. D’abord elle a beaucoup souffert: «Le climat est particulièrement dangereux pour les Européens du littoral. La mission de Bâle avait initialement perdu une trentaine de missionnaires et après trois ans, avaient gagné seuls 159 chrétiens parmi un peuple profondément immergé (dans la superstition)» (Dr. K. Heilmann: «Die Äußere Mission» 1925)

À cette époque, une conversion massive commence, comme rarement vu dans l’histoire de l’Église. Elle est basée sur divers facteurs, en particulier la fréquentation scolaire dans un pensionnat. Au lieu d’attaquer de front le paganisme des adultes qui n’ont pas le soubassement de culture occidentale, cette orientation stratégique correspond aux souhaits des indigènes qui souhaitent bénéficier de La Science des Blancs, peut-être pour ne plus être escroqué en tant que marchand. (26) Les sanctions administratives infligées aux parents également «soutiennent» la fréquentation scolaire régulière. (27)

Mais en 1900, les missionnaires sont déçus du faible impact de l’école. Les stations de mission doivent maintenant devenir des attractions autonomes. On apprend que les mariages chrétiens comprennent également des filles chrétiennes, mais qui sont normalement déjà promises par les parents pour une allocation de mariage («dot»); tout de même, les cas se diminuent. (28)

Avec l’enseignement secondaire au séminaire, on peut occuper de petits postes administratifs à Douala etc. En outre, dans son propre groupe ethnique du prestige social est acquis (33).

Désormais, les Pallotines jouent gros avec les messes grégoriennes efficaces en masse (35). Et le «style Saint-Sulpice» («Alain Couturier: Sacred Art» LINK) a complètement déplacé le reste de l’Art Nègre (35) aux environs des Douala.

Le mépris des Pallotines pour les rites traditionnels «diabolique» et les sociétés («femmes comme des chèvres») porte ses fruits. Les guérisseurs sont marginalisés, leurs méthodes traditionnelles oubliées (33). Les païens restants sont désormais considérés comme des déviants. La mission interdit les danses et n’autorise que les guérisons par les plantes. Cependant, faute de connaissances, cette démarcation n’abouti pas (80f). Dans un climat de christianisation généralisée, la justice coloniale allemande fait disparaître systématiquement l’initiation institutionnelle de «Jengu» et ses pratiques, par pendaison pour meurtres rituels et persécution de «fétichistes». Pour la Mission le culte de l’eau Jengu est «l’élément le plus diabolique» du paganisme (78). On condamne quelque chose que on ne comprend pas, parce que les convertis craignent le dévoilement du secret comme mortel. Vers 1958, René Bureau ne voit que des vestiges.

Deux succès économiques coloniaux nuisent encore aux relations sociales traditionnelles: l’essor de la pêche commerciale a en partie rationalisé les activités liées à la vie rituelle et l’utilisation généralisée de l’économie monétaire met le “cycle des cadeaux” dans la société dans le désarroi (81f.).

Après le départ des Allemands les missionnaires catholiques français peuvent prendre le contrôle de «communautés fortes» au Cameroun. Ils ont travaillé déjà au Gabon avec les mêmes méthodes. (30f.)

 

Conflit autour du projet allemand d’une ville coloniale moderne

Pendant les quinze premières années, les Allemands avaient construit leurs bâtiments privés et publics entre ceux des clans Douala Bell et Akwa. Il n’y logent à Douala en 1907 que quatre cents Européens entre vingt mille Africains, la plupart Bamileke immigrés en tant que travailleurs. À partir de 1907, le projet reporté à long date d’une ville coloniale et d’un «port mondial» sur les terres des Bell et Akwa a déclenché un conflit qui a abouti en 1914, tout juste avant la guerre à un meurtre judiciaire de Manga Bell, chef du clan le plus allié des Allemands.

 

De 1920 à aujourd’hui

Dans les années 1920, l’administration coloniale française met en œuvre ce projet de zones commerciales et résidentielles distinctes dans la ville coloniale de Douala, ainsi que la construction d’un port moderne sur les résidences traditionnelles des clans Douala sur la rive du fleuve. En tant que propriétaires fonciers des terres de l’arrière-pays qui leur sont attribuées à New Bell (Daus p.198ff), les Douala, en tant que minorité de plus en plus petite, ne sont pas plus populaires parmi les immigrants de l’intérieur. Certains de leurs locataires déclarent qu’ils n’ont pas changé leur mentalité de marchand d’esclaves.

Eric de Rosny raconte dans « Les yeux de ma chèvre» (édition allemand p.30f.) un épisode typique:

«Les Duala et leurs proches, le bord de la rivière Wuri et la population côtière craignent l’invasion écrasante des Bamileke, qui ont déjà occupé la moitié de la ville. Ces derniers accusent les Douala de louer leurs terres à des prix exorbitants. La réalisation d’unir les deux communautés dans une seule église et de chanter alternativement la première chanson sur douala, la suivante sur bamileke et ainsi de suite ne peut pas chanter suffisamment le pasteur.»

Dans les années 1920, une littérature apparaît qui éclaire l’image de la période coloniale allemande – comme une forme de résistance anticoloniale, parfois même de nostalgie, alors que la domination étrangère se perpétue (voir Gouaffo & Tsogang Fossi: «Spuren und Erinnerungen» APuZ). La justice «jengu» précoloniale et la justice coloniale allemande toutes deux reçoivent la réputation de justice efficace (Bureau p.94). Dans le domaine de l’éducation également, il y a une attitude nostalgique en faveur des Allemands (ibid. 90).

 

Le Christianisme «déchristianisé» et la redécouverte du «Paganisme»

Dans cette génération, le «paganisme» est résurgé « au sein de la sphère chrétienne », en particulier parmi les «évolués» modernes entraînés (36 ff.). Les courtes citations suivantes de Bureau décrivent cette déception:

« La puissance attendue de la religion des Blancs n’est pas venue; les moyens de puissance traditionnels sont oubliées. La société a été dépossédée de ce qui assurait le bon fonctionnement des anciens méchanismes sociaux et culturels. » « Le «secret» des Blancs n’est pas percé…» (37 )

Dans la situation sociale incertaine, on connaît un vide de valeur (37) et une «expropriation culturelle incurable», «une dépossession culturelle irrémédiable. Les rites, les cultes, l’initiation, les cérémonies de purification collective ont disparu» (39). “Avec les Blancs l’argent est devenu notre Dieu.” (38)

Alors qui est chrétien aux yeux des autres? «Celui qui a abandonné les coutumes» (44 note 37)

Les chrétiens au Cameroun vivent deux vies parallèles sans connexion.

René Bureau se demande pourquoi, à deux exceptions près (Native Church Duala, Eglise nationale Ngumba), aucune église libre «africanisée» n’a vu le jour – comme cela est courant du Ghana au Congo. (41) Il explique cela par les exigences strictes du catholicisme allemand, de la promotion de bonne heure des prêtres indigènes à des postes supérieurs et les libertés politiques relatives des Camerounais en vertu du statut du mandat de la Ligue des Nations (42).


de Rosny «Les yeux de ma chèvre» p.180, 1996 Brochure publicitaire médicale

Une frappante relance et diffusion de la «sorcellerie» est typique de la crise. René Bureau se demande: Est-ce une déchristianisation comme en Occident? Les chrétiens du Cameroun ont-ils « réalisé, dans une certaine mesure, en quelques décennies sur le plan religieux, les expériences que les pays occidentaux ont faites au cours des siècles »? (44)

D’autres pratiques africaines se font jour progressivement: l’initiation aux «sociétés secrètes» traditionnelles, les sacrificesaux ancêtres et les offrandes au « syrenes », «En m^me temps que l’on recoit les sacrements. … on joue sur les deux tableaux». (44) Initialement, les habitants du littoral bénéficient du soutien des féticheurs des ethnies voisines les moins développées. Les pratiques magiques importées d’Europe connaîssent également un grand succès et sont prononcées par des «magiciens» qui annoncent déjà leurs «pratiques». (42). À Duala, deux médicines existent côte à côte pour ceux qui demandent conseil (84).

Les institutions sociales (telles que les règles du mariage) évoluant plus lentement que les institutions religieuses et cultuelles, elles sont moins affectées par ces évolutions. La génération des convertis au christianisme y adhère obstinément, au grand dam de leurs enfants, qui ne sont toujours pas autorisés à se marier librement («dot»). (43)

La culture tribale autrefois homogène des Duala s’ individualise. (51) – Le jésuite et ethnologue Eric de Rosny expose dans son rapport d’expérience «Les yeux de ma chèvre» sur trois cents pages que cela signifie dans la vie pratique.

Un désir de tradition a également conduit à des formes de folklore depuis les années 1930. Après tout, ils confèrent à diverses personnes diverses positions et dignités. Les fêtes traditionnelles restent «stériles». (88-91) Gestes d’un temps perdu. Les rites d’aujourd’hui ne sont plus efficaces, ils n’ont plus de sens, la croyance en eux semble faire défaut. (82). On voudrait y croire. Et l’on voudrait démontrer aux Blancs la reconquête du patrimoine perdu, le patrimoine commun. (83)

René Bureau formule une sorte de loi sociologique: l’adaptation à la culture étrangère dans certaines domaines crée une résistance encore plus grande dans d’autres.

 

Identité «SAWA»

Après la Seconde Guerre mondiale, les Douala aspirent à une unité plus large et politiquement influente avec les peuples de la région côtière liés par la langue. Ils professent être connus sous le nom de «Sawa» et depuis 1949, ils organisent le festival annuel Ngondo dans le district de Deido à Douala avec des régates célèbres de pirogues, initialement organisées à la date du «contrat de protection» de 1884 jusqu’à ce que le festival soit déplacé de la saison sèche en décembre. Les longues pirogues ornées de becs colorés ornent chaque brochure touristique aujourd’hui. Les pirogues de guerre des anciennes élites Douala y renaissent. Le rituel traditionnel Ngondo pour apaiser les dieux de la rivière n’est pas oublié, mais joue un rôle subalterne par rapport à l’événement sportif et social.

Manu Dibango, le célèbre saxophoniste de Douala, s’est montré dans son portrait télévisé «Silences»

(1990) en tant qu’observateur d’une course de pirogues et fait de la pirogue une métaphore de son succès mondial:

«C’est par la pirogue que mon père est venu d’un village à quarante kilomètres de Duala et par un plus grand pirogue j’ai parti plus tard toujours en traversant les océans,…»

“Silences” Douala Ngondo

 

“Silences” Ngondo 2

 

 

 

 

 

Depuis «l’indépendance» de Cameroun, de plus en plus d’immigrants de l’intérieur ont permis à la Megapolis Douala de proliférer et jusqu’à présent tout l’urbanisme planificateur est devenu un déchet. Chaque nouvel axe de circulation devient le point de départ de nouveaux établissements sauvages. Au cours des premières décennies après «l’indépendance», «Douala» est devenu l’antipôle indestructible de la dictature de «Yaundé ». Roland Daus retrace avec enthousiasme la logique d’une anarchie libérale. En ce sens, il a intitulé son essay « les rues de Douala» (dt. Die Strassen Dualas).

Les Douala d’aujourd’hui sont divisés en Douala urbains et ruraux. Ceux qui vivent dans les villes, en particulier à Douala même, gagnent principalement leur vie dans divers emplois savants et non qualifiés. Beaucoup de Douala possèdent encore des parties de la ville, ce qui leur permet de vivre de loyers et d’investissements. En revanche, les couches rurales des Douala travaillent comme pêcheurs et agriculteurs, principalement au niveau de la subsistance. La pêche est «l’activité de leur choix». (Victor Julius Ngoh, 1996 dans en.wikipedia.org)

 

Littérature

Banlieue – Freiräume in aussereuropäischen Grossstädten” von Ronald Daus ( «Banlieue – espaces ouverts dans les villes non européennes» par Ronald Daus (Romaniste émérite à l’Université Libre de Berlin, né1943; Babylon Metropolis Studies, Ursula Opitz Verlag, Berlin 2003). Il propose dans le chapitre «Duala» sur cent pages l’histoire du territoire des Douala, focus sur le développement urbain.

«Duala People» dans en.wikipedia.org est recommandée comme introduction et en raison de ses sources

Bongfen Chem-Langhéé (Yaoundé, Editor + Introduction), Ralph A. Austen (Duala), Jean-Pierre Warnier u.a. :„Slavery and Slave-Dealing in Cameroon in the nineteeth and early twentieth Century“

2ième Atélier International de Maîtrise d’œuvre urbaine de Douala Document du Contexte <DOUALA Ô MULEMA> nov. 2016, www.ateliers.org, 75 pp., Téléchargement PDF Images, plans historiques de la ville, géographie, histoire, présent; Portraits de Plateau Joss et Deido – plus discrets et optimistes pour la planification que Daus

Autres entrées en./de.Wikipedia: H.M.S.Dido, Korvette, Alfred Saker in Cameroon, SMS Olga, Max Buchner (médecin), Gustav Nachtigal, etc.

Manuela Bauche „Medizin und Herrschaft: Malariabekämpfung in Kamerun, Ostafrika und Ostfriesland
“Médecine et Pouvoir: Combattre le Paludisme au Cameroun, en Afrique de l’Est et en Frise orientale”(Allemagne)…. – Un certain parallélisme entre « colonisation » interne et externe est à découvrir dans cette thèse.

René Bureau «Le peuple du fleuve – Sociologie d’une conversion chez les Douala», (Éditions KARHALA, Paris 1996), en particulier le chapitre 1. «Sociologie de la conversion des côtiers – Les phases historiques de la conversion». La transition au christianisme depuis 1843.

Eric René de Rosny: «Les yeux de ma chèvre – Sur les traces des sorciers et guérisseurs africains»* ; toutes citations de l’ édition allemande chez Peter Hammer Verlag, Wuppertal 1999 En francais existent plusieures éditions paginées différement !

Carl Heßler: „Deutsche Kolonien. Beschreibungen von Land und Leuten unserer auswärtigen Besitzungen“  «Colonies allemandes. Descriptions du pays et du peuple de nos possessions étrangères»* (avec 61 images; maison d’édition Georg Lang, Leipzig 1894

Sonderheft “Deutsche Kolonialgeschichte” von APuZ 40-42/2019 kostenlos oder pdf):

  • Albert Gouaffo und Richard Tsogang Fossi „Spuren und Erinnerungen“ im
  • Caroline Authaler: „Das völkerrechtliche Ende des deutschen Kolonialreichs“
  • Numéro spécial «Histoire coloniale allemande»* du APuZ 40-42 / 2019 gratuit ou pdf):
    Albert Gouaffo et Richard Tsogang Fossi “Traces and Memories”*
    Caroline Authaler: “La fin juridique internationale de l’empire colonial allemand”* (APuZ 40-42 / 2019 p.4-10 gratuit) – réactions après 1919 en Allemagne, au Cameroun et international
  • Barbara J. Heuermann : DER SCHIZOPHRENE SCHIFFSSCHNABEL: BIOGRAPHIE EINES KOLONIALEN OBJEKTES UND DISKURS UM SEINE RÜCKFORDERUNG IM POSTKOLONIALEN MÜNCHEN, LMU MUNICH, Vol 17
  • darin zitiert:  Harter, Pierre. 1960. Les Courses de Pirogues Coutumieres chez les Duala ou Pembisan a Myoloo Duala. Recherches et Études Camerounaises (1): 71-77.

 

FIN

 

 

Schreiben Sie einen Kommentar

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.