Maquette de Piroque DOUALA – l’Acquisition et cetera…

|

5 avril 2020 | dvg

Dans la version originale allemande, une courte histoire des Douala au Cameroun constitue la première partie, qui touche des aspects très différentes: les conditions naturelles, la situation géopolitique depuis 1500, l’économie des Doula, le statut des esclaves, l’histoire de la colonisation sur les rives du Wouri, le rôle des marchands blancs, missionnaires et représentants de la puissance coloniale depuis 1884, les conséquences de la christianisation et la situation post-coloniale.
J’ai eu moi-même besoin de cette orientation, qui peut toujours être améliorée. Je m’efforce de maintenir l’équidistance de l’historien sans m’impliquer dans le conflit des partis idéologiques. Pour le moment, c’est le LIEN vers la version allemande.    24-05-2020

 

PREMIÈRE VUE

Le modèle de bateau d’un mètre de long, que vous voyez devant un mur blanc lors d’un long voyage avec une destination inconnue, a tout pour plaire. Il s’agit d’une composition en deux parties composée de nombreuses pièces en bois qui ont été assemblées et clouées et qui a environ cent ans. La moitié arrière représente une pirogue (pirogue, canoë, pirogue), qui a toujours été un moyen de transport indispensable dans le delta du Wuri – la moitié avant rappelle le bec du Douala attaché pendant la guerre, le commerce, les courses de bateaux festives, mais est extrêmement agrandi et ” baroque dans le symbolisme.

Je recherche partout un deuxième exemplaire, jusqu’ici infructueux.

POINT DE DÉPART

“Douala dans le delta du Wouri”, a expliqué le marchand, un jeune homme bruxellois persistant mais patient et efficace, que nous l’appelons Maurice.

Retour au chez-moi, je reçois une première orientation de Maria Kecskési: “Art d’Afrique”, Prestel 1999, p.90  (traduction) :

«À des occasions festives, des défilés de bateaux et des régates ont eu lieu – et continuent encore aujourd’hui. Pour de telles festivités, les navires étaient (et sont) décorés de longs becs sculptés artistiquement (tange) inspirés des figures de proue des navires marchands européens. Les becs sont riches en figures et decor et peints de couleurs vives style Douala. Ils se servent des motifs de l’art traditionnel perdu de Douala. En même temps de nombreux détails témoignent de l’intensité de l’influence étrangère. ”

Le musée M5K à Munich possède deux becs élaborés avec soin, provenant de la possession de deux clans nobles rivaux; un bec a été capturé lors d’un acte de guerre à Douala en 1884 (Hickorytown / King Lock Priso), l’autre a été acheté en 1889 (King Bell).

Après je consulte le mot-clé «Peuple Duala» dans «en.wikipedia.com» avec des informations historiques et culturelles, avec des photos et d’autres liens. Là aussi, je tombe sur un «modèle de canoë avec des rameurs de la période coloniale entre 1885 et 1914» très réussi d’Amsterdam, qui est présenté en anglais (_TROPENMUSEUM_TMnr_6153-1a-1). 

J’en verrai plus, comme à Munich et à Hanovre (catalogue «heikles erbe = héritage sensible »).Mais cette maquette réaliste, réduit à un mètre cinquante, montrant des officiers coloniaux impérieux et le drapeau du Reich entre les rameurs, ne peut avoir été fabriqué que sur commande spéciale pour Europe. Le catalogue «Heikles Erbe» de Hanovre confirme l’hypothèse pour ses maquettes.

“Heikles Erbe” no.147 Modell

 

Une belle légende me parvient du Cameroun

Maurice répond rapidement à ma demande de répéter ses explications en français, que j’avais qu’à moitié compris .    e-Mail le14 novembre 2019:

Les habitants de la rivière Wouri vivent de la pêche avant et après leur découverte par les Allemands. Les villageois ont vécu l’arrivée des Allemands dans une grande pirogue, ils ont fait cette pirogue en souvenir de cette découverte, car ils n’avaient jamais vu un bateau qui était «habillé» tel que celui donc sur la photo. La pirogue porte des personnages en train de pilotage. Le premier profil sur la pirogue symbolise la première église construite par les allemands. Le peuple sawa est à 90% chrétiens es Sawa (Duala) sont à 90% chrétiens à ce jour. Voilà comment la pirogue entre en scène chez les sawa douala en Cameroun.

 L’arrivée des Allemands et de leur première église avec un succès retentissant dans leur mission – quelle merveilleuse légende!

En tout cas, cela me motive à approfondir l’histoire du Cameroun, dont je n’ai aucune idée jusqu’à présent. Peut-être que la légende devrait flatter l’acheteur potentiel? Maurice connaît ses clients allemands. Lorsqu’il a annoncé son départ pour le Cameroun quelques semaines plus tôt, j’ai supposé qu’il essayait d’accélérer ma décision. Mais comme je peux le voir dans ses courriels, il est vraiment là maintenant. Ma chance! Je demande par email et j’obtiens une réponse:

«La pirogue provient de la chefferie Djébalè (…..); la pirogue reste jusqu’à nos jours le seul moyen de transport en commun entre le village Djébalé et la ville de Douala à traversle fleuve du Wouri. L’Île de Djebale a été découvert par les allemands en 1800. (….)

 

« Vous connaissez Djébalè ? » (Jebalé)

Peu de temps après, je trouve en ligne un reportage de Josiane Kouagheu sous le nom de l’île «Djebalé». Elle écrit sur son blog en 2014 :

« Vous connaissez Djébalè ? ». Posez cette question à 100 Camerounais, 98 répondront: « heu, c’est quel quartier déjà ? ». D’autres vous diront: « ah oui c’est le petit village situé quelque part là ? ». Quelque part là sans plus. Voilà comment ils parlent de l’île de Djébalè, une étendue de terre émergée dans le Wouri, l’un des plus grands fleuves du Cameroun. (…) Comment ont-ils pu oublier un village pareil ? Serait-on tenté de se demander. C’est que, l’île n’a pas connue de développement depuis la période coloniale. C’est un village occupé par le peuple Sawa, les Douala comme on les appelle ici. C’est surtout un village perdu dans Douala… Lorsque le simple voyageur veut se rendre sur l’île, il rencontre des difficultés au niveau du transport. Hormis les samedis matin et soir, aucune autre pirogue ne se rend à Djébalè, sauf pour des occasions rares. Le visiteur commence donc par chercher son « piroguier ». Une équation difficile à résoudre. En effet, le piroguier que l’on trouve fait un aller et retour. On le prend donc en course. Il faut payer le prix! ( plus cher à pirogue à moteur et moins cher à pirogue à pagaie). Après accord, le voyage peut commencer. Le départ a lieu sur les berges de Bonassama, quartier qui jouxte Djébalè. 15 minutes plus tard (s’il a pris la pirogue à moteur), il voit au loin, apparaître les premières maisons de l’île. Pur style colonial. Plus proche, il remarque des murs défraîchis et les toits jaunis par la force du temps, les premières maisons de Djébalè. Et lorsque la pirogue accoste, des maisons, construites pour la plupart en matériaux provisoires sont visibles. A la chefferie, le chef du village, Isaac Dibobe vous accueille. « Bienvenu à Djébalè », vous dit-il d’entrée de jeu. Et là, comme un conteur autour du feu, il vous raconte l’histoire de son île qui l’a vu grandir il y a plus d’un demi-siècle. Issac Dibobè (il faut préciser sa majesté), vous amène sur la route de son île. « C’est en 1800 que les Allemands ont découvert Djébalè durant leur présence au Cameroun « .Le nom de l’île est trouvé par l’épouse du 1er noir à arriver sur les lieux. La légende dit qu’il sortait avec une femme sirène nommée Djobalè. Une femme avec laquelle il aurait eu plusieurs enfants. D’où le nom Djébalè. Malgré cette histoire si merveilleuse, le village est malheureux. « Nous n’avons pas d’eau potable, encore moins d’électricité », explique le chef Issac Dibobé, les larmes aux yeux. L’unique source d’électrification dont dispose l’île est l’énergie solaire. Un dispositif insuffisant vu l’espacement des maisons.

La seule école de l’île est l’école publique de Djébalè. Après l’obtention de leur Certificat d’études primaires (Cep), les jeunes vont poursuivre leurs études ailleurs. D’autres ne reviennent jamais, arguant qu’il n’y a pas « de distraction sur l’île ». Seuls les vieillards et des pêcheurs restent à Djébalè. Leurs femmes cultivent du manioc, des plantains et des grains de courge. Chaque samedi, elles vont au marché de Bonassama (à 200 F.Cfa de transport) écouler leur marchandise. Le sol riche en pétrole n’est pas encore exploité. A quelques mètres de l’île, d’autres quartiers de Douala vivent avec de l’eau, de l’électricité et des d’écoles. Djébalè semble être l’orphelin d’une mère qui aime seulement « certains de ses enfants  …

Situation: Nom: Île de Djébalè Emplacement: Arrondissement de Douala 4ème   Superficie: 80 hectares Population: 800 âmes »

 

Jebalé est partout

Ce n’est pas si important que Maurice ait lu tout sur le net comme moi ou entendu directement du chef de village. Il y aura encore d’autres raisons pour l’origine du modèle de navire de l’île.

“Le fait est que l’île ne s’est pas développé depuis l’époque coloniale.” Il est amèrement pauvre et isolé. En 2016, la publication du réseau urbain «Douala ô Mulema» rend compte d’un grand projet de construction en raison du trafic important dans le sens est-ouest. Deux nouveaux ponts sur le Wouri doivent être construits. Le second, prévu depuis 1994, traverserait Jebalé, ce qui signifierait une reprise économique pour l’île. Mais comme le montre l’image satellite de Google, rien ne s’est produit jusqu’à présent.

Dans «Les yeux de ma chèvre» /toutes citationts en re-traduction de l’édition „Die Augen meiner Ziege“ /, De Rosny rend compte de son apprentissage chez un guérisseur traditionnel à Deido dans les années 80. Un soir, il le conduit à une séance thérapeutique dans un village de l’autre côté de la rivière.

«Nous traversons les quartiers Bepanda et Deido, où les lumières sont déjà éteintes. Nous traversons le pont de dix-huit cents mètres de long qui enjambe le Wouri. A notre gauche sur les quais, les navires brillent d’une lumière magique, à notre droite la silhouette sombre des rives et des îles. Après avoir traversé le quartier Bonaberi, nous roulons dans la brousse et sommes presque immédiatement dans le village. (…) Nous sommes à sept kilomètres de nos maisons, mais nous sommes <dans un pays étranger> “. (68)

Un des jours suivants, lorsque de Rosny rend visite seul au chef du village, qui l’avait impressionné, il est arrêté à un barrage improvisé par un groupe d’adolescents en uniforme. “Unite Boy Scouts”, comme on peut les voir au défilés officiels. “Ils sont fiers de leur relation avec ce grand mouvement international et sont déterminés à prévaloir contre le chef du village en tant que gardiens d’un nouvel ordre.” La situation ne se résolue qu’après une heure de négotiations du jeune vice-chef de village (79). De Rosny a une conversation avec un scout et résume ses explications. «Il y a beaucoup de jeunes ici. Certains vivent à Duala, mais ils rentrent chez eux dimanche. La Chefferie ne fait rien pour le développement. Nous, nous voulons le soulèvement. Nous faisons comprendre aux parents la raison. ” (90)

Il se demande: «Y aura-t-il un dialogue entre un chef du village énergique et ces jeunes qui ne sont pas entrés dans le monde moderne, mais qui ne sont pourtant pas prêts à reprendre la pêche et la pirogue? Ce petit village à la périphérie fait partie de la ville et pourtant tout reste comme si vous viviez à la campagne. Les conflits autour de l’adaptation des cultures y émergent fortement. » (90)

Soit dit en passant, des adultes sont immédiatement venus soutenir les jeunes scouts, parce que la rumeur dit que «le prêtre blanc» de Rosny est un magicien et «achète» des gens dans les villages visités.

 

Jebale – lieu privilégié pour les esprits de l’eau (Mengu, singulier: Jengu)

«Lorsque les Duala et leurs proches sont arrivés sur la côte étrange et lugubre il y a des siècles, ils ont dû bannir leur peur de la mer mangeuse d’hommes et contrôler d’une manière ou d’une autre les dons incertains de l’eau. Ici, les mengu gouvernaient le monde de l’eau, étaient maîtres des poissons, des lamantins et des crabes, y compris des palmiers raphia poussant dans le courant. » (de Rosny, 55)

On les trouve dans des courants dangereux, sur des rochers cachés, des cascades, des buissons épais et des bas-fonds. Djebalé dans la rivière Wouri ou les rochers de Victoria sont également considérés comme leurs lieux de séjour préférés car ils sont particulièrement dangereux. Sur Djebalé, vous trouverez de vrais experts du culte jengu. Comme pour l’homme, les mengu de l’intérieur sont considérés comme les plus faibles, et ceux de la mer comme plus forts que cex du fleuve. (55) Ils dominent les tempêtes, déclenchent des tornades, et quand la mer est immobile, ils sont occupés avec les gens. (56) L’apparence d’un navire marchand leur est attribuée (78). (Cela était particulièrement vrai pour la période précoloniale.)

Étant donné que ces êtres font preuve d’une adaptabilité extraordinaire, les humains doivent se comporter de manière complexe et sage. Lorsque des bateaux chavirés et leurs marchandises flottent dans l’eau, cela signifie que des mengu les stockent là où ils sont. Personal mengu en tant que «anges guardiens» vengent la désobéissance à la noyade ou des heures d’obsession. (56)

L’obsession pourrait inciter une personne à s’initier à la Ligue Jengu (63), mais seulement si la richesse était suffisante. (65,73) Parce que le culte servait à la segrégation sociale entre l’aristocratie et les esclaves, (72). Les Duala prétendent être descendants des mengu, avec lesquels ils ont même des relations sexuelles.

Parmi les rites mengu des pêcheurs, le festival Ngondo est explicitement mentionné – sous une nouvelle forme depuis 1949 – dans lequel des régates de pirogues ont lieu dans la rivière devant Deido en face de Jebale. Aujourd’hui, le culte relie les tribus côtières apparentées. (64)

 

Rumeurs sur Jebalé (Djebalé)

Dans les quatre-vingts ans de domination – coloniale – du christianisme, lorsque les moyens traditionnels d’acquérir <force> tombent dans l’oubli et les <medecine-men> qui en disposent deviennent socialement marginalisés et deviennent invisibles (René Bureau, 33), Jebalé s’y tient. C’est probablement le <village gaulois> d’Astérix et d’Obélix?

Jebalé est mentionné encore plusieurs fois. Deux exemples:

Sous le titre «Nyungu, le serpent de la calamité», de Rosny écrit:

«Sur la petite île de Jebale, qui commence en face du quartier dans lequel nous vivons, aucun puits n’est creusé par crainte de nyungu. Plusieurs personnes me l’ont dit, notamment Jacques Mudiki, professeur à Jebale, et Simon Musinga, pêcheur. Le nyungu se voit attribuer des propriétés des boas, qui pénètrent toujours dans les villes aujourd’hui. Mais c’est un boa invisible. Et encore une fois sur Jebale, la croyance de certaines personnes est si forte qu’elles ne creusent même pas de latrines. Parce que là, l’ennemi (le sorceleur) enverrait les nyungu pour boire le sang des femmes et empêchent l’enfant de naître. Cet exemple montre à quel point la mention de ce serpent peut inspirer l’imagination. Chaque nganga (guérisseur) a sa propre méthode pour chasser le nyungu. » (50)

Douala – Bonassama – Jébalè.Google Map

De Rosny discute de l’épidémie de choléra de 1971 avec Loe, un ami guérisseur à Duala: (72f.)

«Moi: Mais il y a des maladies, il est donc évident que personne dans le village n’est à blâmer! Prenons, par exemple, l’épidémie de choléra qui a éclaté à Jebale. On a accusé à tort d’un vieil homme d’avoir causé la mort des dix-sept malades tout d’abord!

Loe, comme moi, sait que le choléra est une nouvelle maladie du Moyen-Orient qui a été importée du sud du Wouri par les voyageurs et, plus précisément, par les pêcheurs de Nigéria.

Loe (inébranlable): Et pourquoi était-ce si mauvais à Jebale? Les Jebale vivent au nord et les Douala plus au sud. Alors pourquoi l’épidémie s’est-elle produite sur Jebale? Nos magiciens sont constamment à la recherche d’opportunités pour agir. Puis les anciens ont arrêté le choléra. L’aîné de l’île est d’abord intervenu sur les sorciers sur Jebale, puis ce fut le tour de Deido. C’était la même chose à Bonaberi. L’Esa (un rite collectif pour chasser le mal) était pratiqué, il était clair que la maladie n’était pas voulue, et elle a été éliminée. C’est la coutume chez nous. Même si les Européens n’avaient pas apporté de vaccin, cela aurait pris fin parce que la population se battait contre. Soit dit en passant, la population a demandé pourquoi on n’avait commencé avec le vaccin que le premier jour du choléra et pas plus tôt; pourquoi? N’est-ce pas aussi un dommage magique?

de Rosny: Un peu confus, j’arrête d’interroger Loe. (…) »(72)

Graeve: Le thème «épidémie» et l’approche de Loe semblent être d’actualité pour l’Allemagne en avril 2020. Point de départ: un mélange de peur, d’obéissance et d’insatisfaction, garni de «théories du complot».

 

 

ENTRÉE SUR SCÈNE DE «SMS OLGA» COMME POINT DE RÉFÉRENCE

SMS Olga lors du bombardement de Hickorytown en décembre 1884  source:  Gartenlaube

 Je croise l’illustration de ‘SMS Olga’ de la Reichsmarine sur wikipédia. D’abord (LINK) sous son nom, puis sous le mot-clé “Kanonenbootpolitik” = politique de canonnière. Une < canonnière moderne> suscite en moi des fantaisies différentes de ce voilier à trois mâts et deux cheminées basses: la <corvette à plate-forme > n’était mise en service qu’en 1881, mais wikipedia fait référence à changements de modèle rapides.

L’illustration de la revue allemande „Gartenlaube“ montre encore quatre péniches de débarquement modernes:

maquette d’un «Gouvernementsboot», l’exposition «heikles erbe» n° 146 à Hanovre

 

 

 

Comment Maurice l’a-t-il formulé (voir «Belle légende» ci-dessus) ?

< Les habitants de la rivière Wouri vivent de la pêche avant et après leur découverte par les Allemands. Les villageois ont vécu l’arrivée des Allemands dans une grande pirogue, ils ont fait cette pirogue en souvenir de cette découverte, car ils n’avaient jamais vu un bateau qui était «habillé» comme ca. >

Dans un environnement où un navire de guerre n’aurait pas entré que pour être ravitaillé ou réparé («Dido»), le début de la «politique de canonnière» allemande avec des tirs d’artillerie a été impressionnant, les incendies dans la résidence de King Lock Priso et à Hickorytown (Bonaberi), la majorité de la population enfuie dans la brousse, des morts et de nombreux blessés. Depuis Jebale, qui est en face, des explosions et des incendies ont pu être vus au loin.

Le premier plan de la gravure est dominé par une pirogue de guerre traditionnelle. Les guérriers de quel clan étaient dans la pirogue? Du clan Bell ou Akwa qui ont approuvé le contrat de protection?

Les armes traditionnelles étaient depuis longtemps anachroniques pour les Douala (Heßler 1896, 80). Une autre illustration de journal montre également des éclairs de bouche des deux côtés pendant la prise d’assaut des marines sur le plateau de Joss. Cependant, la représentation sur la gravure sur acier pourrait être correcte. En fin de compte, les Douala étaient engagés dans une dispute entre parents. On n’a pas besoin d’armes à feu pour piller un village abandonné. Mais au public allemand l’illustration devrait présenter les Douala comme un peuple “sous-développé” qui avait absolument besoin de colonisation.

Quand vous la regardez bien , ne pensez-vous pas que la canonnière pourrait prendre la pirogue en remorque le moment suivant, comme c’est le cas avec la maquette?

L’expression «arrivée des Allemands» correspond à cette expérience. J’aurais des explications pour l’époque “1800”. Premièrement, le mélange de divers événements et deuxièmement, l’expérience avec des interlocuteurs instruites en Allemagne: Un, deux ou plusieurs siècles manquent souvent dans la datation proposée.

Je voudrais m’arrêter ici sur l’impression générale. La description détaillée de la coque et du bec de ma maquette de navire et son interprétation provisoire À SUIVRE dans un troisième blog!

À la troisième partie de l’essai  “déscription et interprétation” en allemand: LINK

 

Schreiben Sie einen Kommentar

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.